L'an dernier, au mois d'Avril, j'ai eu envie de me lancer dans une cousette qui nécessitait de la minutie et du temps, une cousette pour laquelle tu sais que tu vas tellement t'appliquer, qu'il serait inconcevable, voire insupportable de la rater...

Vous me voyez venir avec mes gros sabots ?

Et bien, c'est exactement ce qui m'est arrivé, et c'est seulement aujourd'hui que je viens d'achever mon projet boulet.

Et quel était-il, ce projet ?

La cami dress de Pauline Alice.

Cette robe-chemise avait tout pour me plaire et j'avais le tissu parfait pour la réaliser.

Sauf que rien ne s'est passé comme je l'avais imaginé.

J'ai coupé une taille 40 en toute confiance, puisque ma Xéréa de la même marque, s'était avérée un peu grande.

Allez zou, la robe a bien avancé, essayage!

Verdict :

Aïe, voila que Lolo Ferrari est revenue parmi nous... La classe à Dallas...

J'avais omis une information très importante; les patrons Pauline Alice sont prévus pour des bonnets B, et moi je ne fais pas un bonnet B justement...

Une chemise qui s'ouvre pile là où il ne faut pas, c'est d'un chic...

Ah et puis tiens, la robe est un peu courte. Quitte à faire vulgaire, autant jouer le jeu à fond!

Autant dire que cette robe est fichue. 

Tristesse. 

Quelques temps après, je tente d'enlever les pinces devant qui viennent cintrer le haut de la robe. C'est mieux, mais ce n'est pas parfait.

On dirait Lolo Ferrari qui a fait une réduction mammaire, bizarre.

Re-tristesse.

Oh, on dirait que mon tissu a une tâche jaunâtre, je vais laver ma robe! Un petit tour à la machine, la tâche a bien disparu (Hourra danse de la joie), mais la viseline n'a pas aimé et s'est décollée par endroit, (grrrr, danse de la malédiction)

Aux oubliettes, ma Cami dress.

Et le temps passe. 14 mois exactement.

Etant en ce moment, dans une période "sans"  niveau couture, puisque je galère comme cela ne m'est jamais arrivé, pour coudre ou plutôt comprendre les explications de la robe Belle-île d'Anne Kerdilès, je me dis que je ne pourrai guère m'enfoncer davantage... et que c'est le bon moment pour ressortir ma Cami dress. J'aime me faire du mal, on dirait.

Je découpe deux bandes pour rallonger ma robe, et je ferai un pli religieuse, ce sera raccord avec Lolo Ferrari.

Je couds quelques points invisibles au niveau de la patte de boutonnage pour rester décente. Aucun problème de ce côté-là car la fermeture invisible (qui ne l'est pas vraiment, mais c'est normal cette robe est maudite on l'a bien compris) suffit pour enfiler la robe.

Essayage.

Vous voulez voir ?

DSC_0020 (2)

DSC_0021 (2)

DSC_0028

DSC_0030 (2)

DSC_0036 (2)

Mon tissu est un joli coton à fines rayures avec un petit motif bleu marine; il vient de chez Toto à Poitiers et il se trouvait au rayon des tissus que l'on achète au poids.

J'aime beaucoup les poignets de manches que l'on peut retourner, mais j'aurais préféré que ma viseline ne se fasse pas la malle.

Je vais essayer de porter ma Cami, car je l'aime bien quand même. Mais je ne sais pas si vous êtes comme moi, quand une cousette me résiste, j'ai souvent tendance à la mettre de côté, jusqu'à l'oublier.

Alors on verra, quel sort je réserve à ma robette.