Cela ne vous a évidemment pas échappé, cette mode des petits volants que l'on voit sur moult blouses et robes.

Et moi, les petits volants, cela me plaît beaucoup.

J'ai bien sûr posé une option sérieuse sur le top crystal de la Maison Victor, mais je me suis également souvenue que dans l'un de mes livres japonais, il y avait une robe à volants, qui après plusieurs années, a finalement suscité mon intérêt - je la trouvais vraiment moche quand j'avais eu le livre -

Je devais impérativement essayer ce modèle.

J'avais un petit coupon de crêpe noir de chez Toto Poitiers, et j'ai dû jouer à Tetris ( j'étais - et je confirme - que suis toujours archi nulle à ce jeu...)

Bref, j'ai fait comme j'ai pu et j'ai réussi tant bien que mal à faire rentrer toutes mes pièces.

Voilà le résultat:

robejaponaise0011

 

robejaponaise0015

 

robejaponaise0014

robejaponaise0024

robejaponaise0027

robejaponaise0029

robejaponaise0043

robejaponaise0045

 Je l'ai coupée en taille 11 mais je n'ai pas pu mettre les marges sur toutes les pièces. J'avançais au pifomètre et j'avais de sérieux doutes quant au rendu final de ma robe ... 

Après réalisation, je suis rassurée, mais elle est ajustée et fait ressortir mon bide; c'est pour cela que j'aime la porter avec ma ceinture "cache-misère".

Au dos, je n'ai pas posé de fermeture invisible; j'ai préféré faire une goutte en ajoutant un bouton.

Pour celles qui seraient nostalgiques de cette "japanese addiction" datant d'il y a 10 ans, je vous joins une photo de la couverture du livre et une autre du modèle en question.

Séquence nostalgie.

Admirez donc ces chaussettes portées avec des chaussures ouvertes... De toute beauté ...

Bon maintenant, je vais aller faire un tour dans mon atelier et ajuster pour la énième fois la longueur de l'élastique de ma jupe Copacabana puis coudre l'ourlet. Ce serait dommage de ne pas être à l'heure pour la garde-robe capsule. Je vous dis à Vendredi, car je vais revenir vous conter fleurette ...